MOTION 2016 : Réarmement militaire et moral de la nation

L’ANOCR porte une attention vigilante sur l’amélioration permanente de la gouvernance des retraités militaires. Les résultats obtenus en 2015 : réelle écoute des instances institutionnelles, maintien de la présence des associations de retraités au sein du CSFM, sont là pour l’encourager à poursuivre avec opiniâtreté ses engagements.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les Français n’ont plus connu la guerre sur leur sol. Le coup de tonnerre des attentats de 2015 avec leur prolongement bruxellois du 22 mars dernier change totalement la donne.

 

L’opinion publique s’émeut et enfin réagit. À l’évidence, les armées ne disposent plus des moyens suffisants pour faire face dans la durée aux OPEX et participer à la sécurité intérieure de notre propre pays et de sa population.

Le constat est simple. Les armées aujourd’hui, grâce à leur excellence, sont un atout diplomatique que les Chefs d’État successifs utilisent avec succès et parfois avec excès.

Il faut remonter en puissance. Le chef de l’État, certes, a arrêté l’hémorragie, en stoppant les déflations programmées et annonce vouloir mettre sur pied 40 000 réservistes. A côté des unités professionnelles qui doivent rester le fer de lance de la défense nationale, il faut recréer une armée territoriale, formée et encadrée par des militaires de carrière constituant une ossature solide et revenir à une forme de défense opérationnelle du territoire (DOT).

L’échec de la constitution d’une défense commune de l’Europe doit nous conduire à un changement de ligne stratégique et à une prise en compte globale de notre sécurité intérieure, impliquant tous les ministères.

Dans cette optique, la parole des grands responsables militaires relative à leur domaine de compétence doit être autant considérée que celle d’autres stratèges supposés.

Il n’est plus temps de tergiverser, les choix doivent être clairs, il faut déjà désigner l’ennemi et le combattre partout où il se trouve en rejetant tous les communautarismes. Nous sommes en guerre dit le Premier Ministre, alors agissons.

Il faut pour cela entamer la nécessaire restauration de l’esprit de défense. Il faut arrêter les postures de repentance, revenir aux fondements de notre histoire et de notre culture et en faire la base et le ciment de notre fierté nationale en lien étroit avec l’éducation nationale.

Enfin, ce qui ressort de cette analyse, c’est aussi l’impérieuse nécessité de cohésion, arme essentielle pour lutter contre toute idéologie extrême. Il faut s’unir autour des symboles et des valeurs qui ont fait la France : la Patrie, le Drapeau, l’Hymne, l’Histoire de notre Nation. Notre société doit retrouver les notions intrinsèques des valeurs qui la déterminent. Les Français l’ont déjà montré à plusieurs reprises par leurs réactions spontanées devant ces lâches attentats. Les médias doivent aussi y concourir en toute responsabilité et en toute lucidité.

Alors pourquoi ne pas s’appuyer sur les associations de vétérans. Elles peuvent participer à ce renouveau, elles sont riches d’expériences et peuvent aussi observer, renseigner les autorités institutionnelles, assister la population.

L’ANOCR, en leur sein, doit y poursuivre un engagement exemplaire.

Version PDF

Go to top
Web Analytics