Rayonnement

L’ANOCR est officiellement représentée :

  • au Conseil Permanent des Retraités Militaires (CPRM),
  • au Conseil Supérieur de la Fonction Militaire (CSFM) (présidé par le Ministre de la Défense),
  • à la Confédération Nationale des Retraitésà la Confédération Française des Retraites (200 000 d’adhérents) qui compte dans son conseil d’administration un administrateur de l’ANOCR,
  • à la Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale –(Commission des Prestations Supplémentaires.
Son président est membre du Conseil d’Administration de :
  • l’association Jean Lachenaud qui gère des maisons de santé spécialisées dans le « moyen » et « long » séjour à La Martinière (Saclay), Fréjus et Ploemeur,
  • l’association « Conseils et Aides aux Personnes Agées ou Handicapées » (CAPAH).

Elle est membre de :

  • l’Association pour le Développement des Œuvres d’entraide dans l’Armée (ADO),
  • l’association Solidarité Défense (aide aux militaires blessés lors des opérations extérieureset à leur famille),
  • l’Union Nationale de Coordination des Associations Militaires,
  • du Comité d’Ententedu Comité d’Action des Anciens Militaires et Marins de Carrière (COMAC).

Elle est invitée une fois par an avec quelques autres associations de retraités à s’exprimerdevant la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées de l’Assemblée Nationale.

Grâce aux nombreux liens qu’elle a noués notamment dans ces organismes l’ANOCR au niveau central peut :

  • recueillir et diffuser des informations ou orientations touchant le domaine de l’action sociale.

Par exemple sur :

  • les droits à pension d’ancienneté, proportionnelle ou d’invalidité des anciens officiers, et les droits correspondants des veuves et des orphelins,
  • la recherche ou le choix de maison de convalescence, de retraite, de moyen ou long séjour.

L’ANOCR publie:

  • dans son bulletin trimestriel des informations sur les droits des retraités et des veuves, sur les possibilités qui leur sont offertes pour bénéficier de diverses aides ou prestations,
  • des «dossiers sociaux de l’ANOCR» qui traitent de problèmes particuliers de gestion privéetels que : accès à l’aide sociale des personnes âgées, héritage, vente en viager, contrat de mariage, droits de la famille etc…

L’ANOCR s’emploie à apporter une aide aux membres de la famille militaire en complément des actions de l’Action Sociale des Armées (ASA).

En effet, l'adaptation des postes d'assistants des services sociaux au dispositif d'une armée active de format réduit ne permet pas toujours de "couvrir" efficacement les besoins d'une population de retraités très largement dispersée sur l'ensemble du territoire.

Or les retraités – notamment leurs veuves – ont souvent besoin d’une aide pour faire valoir leurs droits auprès des administrateurs ou autres organismes. Leurs ressources très modestes (que l'on songe, par exemple, qu'une veuve de Lieutenant perçoit une pension d'environ 520 € par mois!) nécessitent une aide financière que beaucoup expriment avec une très grande pudeur lorsque leur situation devient trop critique.

Les équipes sociales des groupements assurent une "présence rapprochée" qui permet de prendre un contact, rapide, amical, de faire le point de la situation et de rechercher une solution que l'intéressé (e) , dans son isolement ou son état physique déficient, n'aurait pu (ou su) par lui (elle)-même mettre en oeuvre.

Toutes ces actions : visites de malades à l'hôpital ou à domicile, contacts téléphoniques, courriers, transports, démarches auprès des services publics, conseils, accomplissement de formalités, placement dans les maisons spécialisées, etc. sont, bien entendu, accomplies par des hommes et des femmes au dévouement inlassable et totalement désintéressés, donnant sapleine efficacité à notre "bénévolat de la solidarité".

Ces actions représentent des dizaines de milliers d'heures de "travail social" qu'on ne saurait chiffrer en termes comptables.

Indépendamment du concours efficace de ces équipes, l'ANOCR assure une entraide financière personnalisée au profit de ses membres en difficulté.

Elle peut accorder, sur proposition des présidents de groupement :

  • des allocations d'assistance (ou secours) dans des situations critiques,
  • des prêts à court terme sans intérêt pour des adhérents devant faire face momentanément à une situation difficile.

On ne saurait enfin passer sous silence, les activités, plus ponctuelles, exercées par les groupements dans des domaines variés, tels que :

  • l'institution de services de conseil et d'orientation de toute nature assurés par des bénévoles qualifiés : problèmes sociaux, familiaux, juridiques, administratifs, scolaires,
  • l'organisation d'activités culturelles ou de loisir,
  • les liaisons avec les autorités militaires et civiles régionales et locales,
  • la participation à des cérémonies patriotique,
  • la coopération à toutes actions visant, sur le plan local, à resserrer les liens Armées-Nation,
  • la collaboration apportée éventuellement aux établissements d'enseignement pour le développement, dans le cadre de l'instruction civique, de l'Esprit de Défense,
  • la participation à différents organismes concernés par les problèmes des retraités, tels les "Commissions départementales des personnes âgées" (C.O.D.E.R.P.A.).

 

Go to top
Web Analytics